Pool Crosby
   Accueil      Saison 2019-2020      Changements de règlements
 
Changements de règlements -----
À Partir de cette année 2019-2020

SÉRIES

Il n’y aura maintenant que 9 équipes en séries, plutôt que 12.

Plutôt que d’envoyer 5 joueurs, avec possibilité de modifier les joueurs entre les rondes, nous allons maintenant envoyer 3 joueurs, qui ne peuvent être modifiés entre les rondes. Il sera toujours possible d’envoyer un gardien ou une équipe, mais pas les deux.


De plus, chacun des 9 DGs devra soumettre un ‘bracket’ de prédictions des gagnants de chaque ronde, incluant le nombre de matchs nécessaires pour remporter la ronde.  A chaque fin de ronde, plutôt que de changer ses joueurs, un DG en séries devra annoncer ses prochaines prédictions pour la ronde à venir.  3 points seront alloués pour une bonne prédiction d’équipe, et un boni de 2 points (total de 5 points) sera accordé en cas de bonne prédiction du nombre de matchs.

Finalement, chacun des 9 DGs en séries devra, dès le début des séries, annoncer quelle équipe remportera la Coupe Stanley. Aucune modification à cette prédiction ne sera permise.  15 points seront offerts pour une bonne prédiction.

Les 9 autres équipes seront éligibles pour la pige/obtention du premier choix du prochain repêchage.

 

OBJECTIF DE CETTE RÈGLE : Depuis plusieurs années, on parle du désintérêt grandissant des séries éliminatoires. Les gens ne font plus de transaction pour faire les séries ET/OU les gens ne font plus de transaction pour gagner les séries ET/OU les gens se désintéressent des séries après une ronde s’ils ne sont déjà plus dans la course.  En réduisant le nombre de joueurs, on diminue l’impact d’avoir un alignement super puissant et donne une chance à ceux qui ont moins de profondeur. En éliminant les changements entre les rondes, on oblige les gens à prendre une décision basée sur le long-terme, et non sur le talent (ex : envoyer son joueur vedette d’un club qui a fini 7e, ou envoyer son joueur de 2e trio d’une équipe aspirante à la Coupe Stanley). Finalement, en intégrant le mini-jeu de prédictions, chacun a une chance d’user de stratégie (mind games) en misant parfois pour des favoris, parfois pour des négligés, pour essayer de sortir du lot.

Aussi, en limitant les séries à 50% du pool, plutôt que 66%, on crée un effet de rareté. Les gens qui voudront faire les séries car ils croient en leurs chances pourront faire une transaction pour améliorer leur équipe, et donc, les positions 6, 7, 8 et 9 qui ne font pas d’argent pourront devenir des courses excitantes.  A l’inverse, les équipes qui ne désirent pas faire les séries à tout prix auront intérêt à transiger des joueurs pour rester le plus bas possible et augmenter leur % de chance de remporter la loterie.

Le seul point négatif, peut-être, c’est qu’il n’y aura plus jamais d’échanger ‘pour se monter un club de séries’. Mais soyons honnête, il n’y en avait déjà plus depuis au moins cinq ans.  Le seul autre point négatif, selon certaines personnes, c’est que les séries ne seront plus remportées par ‘celui qui a le plus de joueurs sexys’, mais plutôt par ‘les statistiques et les stratégies’. Désolé Félix.

Finalement, on a établi qu’en moyenne, un bon choix de trio de joueurs de séries fera un peu plus de 40 points. On a aussi calculé qu’un bon DG pour faire ses choix fera environ 66% de bonnes prédictions en séries, et sera chanceux 3 ou 4 fois pour le nombre de matchs. Comme il y a 15 prédictions (8 en première ronde, puis 4, 2 et 1 en finale pour un total de 15), il y aura environ un peu moins de 40 points pour le meilleur bracket (surprise, on a essayé de rendre ça le plus égal possible). Le 15 points de boni permettra une possible course inattendue jusqu’à la fin.

 

WILDCARD

Après de brèves discussions, il fut décidé de retirer le concept de Wild card du Pool Crosby.  Il y aura donc 10 attaquants, 4 défenseurs, 1 gardiens et 1 équipe dans notre calcul de points.


OBJECTIF : Bien qu’on a réfléchi à des possibilités d’augmenter les points d’un 2e gardien ou d’un cinquième défenseur, ultimement, on ne veut pas que 36 (18 équipes x 2) gardiens deviennent obligatoirement intéressants, ou encore 90 défenseurs. C’est aussi complexe à gérer sur OfficePools. Pour la simplicité, et pour le réel impact que cela a sur nos pools, on s’en tient à simplement mettre un attaquant supplémentaire à tous, et éliminer la wild card.

 

ENVOYER UN JOUEUR SUR LA LISTE DE BLESSÉS

Il sera dorénavant possible d’envoyer un joueur par année (maximum) sur la liste des blessés (LDB). Une fois placé sur la liste des blessés, le joueur est retiré du cumulatif de points, et le 11e attaquant comptera maintenant dans les 10 meilleurs pointeurs, comme s’il s’agissait d’une transaction. Un joueur placé sur la LDB ne peut plus être échangé, et ne peut plus être réintégré dans la formation jusqu’à la fin de la saison.

OBJECTIF : Toujours dans l’optique d’éviter la collusion, nous voulions régler le problème d’un joueur étoile qui se blesse jusqu’à la fin de la saison lors d’une course pour le top-5, et que le DG ne désire pas se séparer du joueur. Plutôt que de baliser les emprunts de joueurs, nous préférons l’éthique associée au fait de ‘faire disparaître’ un joueur qui ne compile plus de points de notre alignement.

 

  

Changements de règlements

À Partir de l’an prochain 2020-2021

 

REPÊCHAGE

À partir de septembre 2020, les deux repêchages seront fusionnés. Il n’y aura plus qu’un seul repêchage de cinq rondes. Chaque équipe aura donc à sa disposition cinq choix à échanger.

Lors du repêchage, chaque DG aura le choix de :

1) Sélectionner un joueur qui n’appartient à aucun DG, tel une recrue ou un joueur jamais repêché

2) Sélectionner un joueur laissé non-protégé par un autre DG, et qui n’a pas encore perdu deux joueurs.

3) Sélectionner un joueur de sa propre équipe laissé non-protégé.

 

Les règles du repêchage intra-ligue s’appliquent toujours, c’est-à-dire que lorsqu’un DG a perdu deux joueurs, il ne peut plus en perdre davantage. Toutefois, il n’est pas impossible qu’un DG ne perde aucun joueur, puisqu’il n’y a aucune obligation de repêcher dans les équipes des autres.

EX : Benoit a terminé au 18e rang. Il est en reconstruction. Il possède 9 choix au repêchage. Il décide de repêcher 9 recrues. Comme son club est pourri, personne ne lui a volé de joueurs. Il avait 28 joueurs avant le repêchage. Il se retrouve donc avec 37 joueurs et doit en envoyer 9 au ballotage.

EX : Marin-Claude a fini au 1er rang. Il a un club compétitif. Il n’a que 2 choix au repêchage cette année, car il en a sacrifié 3 pour finir premier. Avant même sa première sélection en 3e ronde, il a déjà perdu deux joueurs. Il décide de repêcher un joueur dans une équipe adverse, puis voyant qu’il ne reste plus de bons joueurs à voler, repêche un espoir en 5e ronde. Il avait 28 joueurs, et en aura toujours 28 après le repêchage.

EX : Joe aime échanger ses choix pour des joueurs. Il n’a aucun choix au repêchage cette année. Il se présente quand même car il aime parler avec ses amis autour d’une bière. Toutefois, après quelques consommations, il réalise qu’il a perdu deux joueurs qu’on lui a volé, mais n’a repêché personne pour les remplacer. Joe a maintenant 26 joueurs, et décide de s’intéresser aux 9 mardes que Benoit va libérer.

 

 

 Autre modification, la règle de la première ronde d’intra ligue s’applique pour la totalité des 5 rondes. C’est-à-dire TOUT JOUEUR REPÊCHÉ durant le repêchage est protégé automatiquement.

EX : Jean-Câlin possède le 8e choix au total. Après avoir vu les sept personnes devant lui repêcher les sept premiers choix du repêchage de juin de la LNH, il se penche vers Michael Ferland, le gros ailier des Canucks, qui a disputé plus de 83 parties dans la LNH. Jean-Câlin n’a pas besoin de le protéger, et ne pourra se faire voler par les autres.

EX : Alain croit sincèrement à ses chances de gagner cette année, bien qu’on lui ait volé Corey Crawford en deuxième ronde. Il repêche, en troisième ronde, le défenseur Brandon Montour, qui appartenait à Jean-Câlin, pour améliorer sa profondeur à la défense. Alain n’a pas besoin de ‘rendre disponible’ un autre défenseur. Montour est protégé automatiquement dans son équipe, et Jean-Câlin ne pourra plus aller le chercher.

EX : Sylvain avait bien peur de laisser Ben Bishop disponible cette année. Avec son choix de deuxième ronde, 32e au total, Sylvain analyse toute ses options, et réalise qu’il ne peut se permettre de perdre Ben Bishop, qu’il croit pouvoir échanger cette année pour un choix de 1er ronde l’an prochain. Sylvain décide de repêcher de sa propre équipe Ben Bishop. Il a perdu un choix, mais a maintenant 2 gardiens de protégés. C’est un drôle de choix de stratégie, mais il faut respecter les stratégies de tous et chacun.

EX : Pascal possède quatre choix au repêchage, et pense qu’il pourrait s’améliorer s’il ajoute beaucoup de profondeur à son équipe. A chacun de ses choix, il repêche un joueur d’une équipe qui n’a pas encore été fermée. Il ajoute ainsi 4 vétérans à son pool, pendant que les trois gars qui ont fini devant lui ont tous choisi des espoirs pour dans deux ou trois ans. Non seulement c’est légal, mais chacun de ces quatre vétérans ne peuvent être volés par d’autres DGs pendant le repêchage.

 

OBJECTIF : Ça fait au moins 2 ans qu’on parle de ce move là, et on l’a enfin fait avec les règles qu’on croit être les plus justes. Le but demeure le même : générer le plus d’activité et transaction dans le pool. En ‘libérant’ l’intra-ligue, on ajouter 2 rondes/choix supplémentaire pouvant être monnayés durant la saison. En n’éliminant pas le concept d’intra-ligue, on conserve le plaisir et la stratégie de devoir gérer son noyau correctement, tout comme sa profondeur. En ne limitant pas le nombre minimal de choix à avoir, ou encore, en n’obligeant pas les gens à repêcher absolument dans les équipes de bas de classement, on favorise davantage de stratégies au repêchage, rendant les choix de 1ere ronde non seulement très puissants, mais aussi, très stratégiques. Choisir une recrue, ou encore un Kevin Fiala ou un Sean Couturier juste avant qu’il explose peut-être, ce seront des choix déchirants pour les équipes de bas de classement, de milieu de classement, et même ceux au sommet, qui auront la chance de choisir entre un solide espoir à mettre en banque, ou profiter de l’indifférence des autres pour acquérir un joueur de profondeur de qualité.

 

 

TRANSIGER PENDANT LE REPÊCHAGE

A partir de 2020, la période des échanges débute dès le début du repêchage (Colin donnera le feu vert aux échanges). Aussi, si un joueur est transigé durant le repêchage, il conserve le même statut que sur son équipe d’origine. C’est-à-dire que s’il n’a pas été protégé par son DG d’origine, il ne peut être protégé par le nouveau DG qui l’acquiert.

Idem pour un joueur qui était déjà protégé, ou qui a été volé par un DG. S’il est ré-échangé par la suite, il demeure protégé.

EX : Kevin-Christian ne pouvait pas protéger Brendan Gallagher. Immédiatement après le premier choix, il comptait l’échanger à Jean-Pierre, grand fan du CH, contre un 2e pick, afin d’éviter de le perdre pour rien. Jean-Pierre, qui était un peu chaud en lisant les règles, pensait qu’il pouvait protéger Gallagher et libérer à la place un gars de 40 points genre Brayden Point à la place. NON. Acquis par voie de transaction, si Jean-Pierre acquiert Gallagher par transaction durant le repêchage, Jean-Pierre pourrait le perdre plus tard, en plus de son deuxième choix qu’il vient d’échanger.

EX : Pierre-Roch a repêché, avec son choix de deuxième ronde, Jeff Skinner de l’équipe de Marin-Claude. Skinner est donc protégé. Comme Marin-Claude a fini premier et veut gagner encore cette année, il décide d’échanger son 1er choix l’an prochain, ainsi que son 5e choix cette année, contre Skinner. Marin-Claude n’a toutefois perdu qu’un seul joueur (Skinner), et Benoit se demande s’il peut repêcher encore Skinner. Bien que c’aurait été hilarant comme situation, c’est NON. Skinner est protégé vu qu’il a été volé. Marin-Claude, ce soir là, a déjà perdu son premier choix de l’an prochain. C’est suffisant.

 

OBJECTIF : Encore une fois, favoriser les transactions, tout en essayer de limiter le plus possible les possibles courbettes et entreloupettes pour éviter ce que la liste de protection tente de faire, soit d’obliger les meilleures équipes à perdre un petit quelque chose.

 

REPÊCHER UNE ÉQUIPE N’IMPORTE QUAND

Considérant la nouvelle règle du repêchage, à partir de 2020, il sera dorénavant permis de repêcher une équipe pour remplacer la nôtre à n’importe quelle des cinq rondes.

OBJECTIF

Avec la valeur qu’aura la première ronde, il devient illogique d’obliger les DGs à faire ce choix en 1ere ronde. Tant qu’à imposer de se faire en 2e ou en 3e ronde, aussi bien le permettre n’importe quand. Des gens prendront des long-shots sur des espoirs ou sur des joueurs libres dans des équipes moyennes en cinquième ronde, aussi bien laisser les gens prendre une chance sur une équipe jusqu’à la fin du repêchage.